19 mars 2019

Retour au domaine du Lain

Et le revoilà en fleur , tous les ans il est magnifique
















N'est il pas merveilleux ?

Je crois qu'il est classé " Arbres Remarquables "

Je m'absente pour deux jours , je vous retrouve Jeudi 


18 mars 2019

Un petit coup de vent

Toujours à Lomener 

Dés qu'il y a du vent  le meilleur endroit c'est  notre côte 

Arrivée au village 

Tout au loin  vue sur Groix sous la pluie surement 














 Voilà le soleil  ..pour peu de temps ..





 C'était à marée basse , on pouvait imaginer ce que pourrait etre à marée haute l'après midi 

Comme d'habitude , un bon bol d'air ..

17 mars 2019

Le Zebulon

Un bateau pas comme les autres 

Photo du net 


Aujourd'hui, le Zébulon coule des jours paisibles dans le port de Kernével, à Larmor-Plage. 
Patrick Zemb regrette que son emploi du temps ne lui permette pas de naviguer plus souvent, mais il a la tête pleine de souvenirs et toujours une belle histoire à raconter sur son protégé. 
Comme cette fois où il avait rencontré Éric Tabarly au salon nautique de 1980 : « Je lui avais montré les plans du bateau et il m'avait dit que je faisais bonne route. 
Quinze ans plus tard, il est tombé nez à nez avec le Zébulon à Kernével et a reconnu le projet initial ! »



Robuste, endurant et d'un gabarit modeste... 
C'était la volonté de son constructeur d'en faire une exception pour l'époque.


L'histoire commence en 1978. Patrick Zemb, médecin de son état, navigateur par passion, moniteur de voile bénévole, a l'ambition de créer un bateau dont l'autonomie et la résistance feraient la force. Il s'appellera le Zébulon. 
Un voilier de 7,50 mètres, tout de bois bâti et surmonté d'une voile latine de 23 m². 
L'architecte naval de renom Jean-Jacques Herbulot en dessine les plans jusqu'en 1980 et Patrick Zemb se met à pieds d'oeuvre pour les faire prendre forme dans un atelier de Locmiquélic. 
 Tabarly l'avait encouragé En 1989, le bateau voit enfin l'eau. 
Ça aura mis le temps, mais son constructeur en garde une certaine fierté : « Atteindre un tel niveau de robustesse et de sécurité pour un si petit bateau était une première pour l'époque. 
Sans parler de l'usage de la voile latine, très original pour la Bretagne ». 
Cette dernière a la particularité d'être supportée par un mât très court de 5,50 m, taillé dans un bambou thaïlandais.  Lien  Ouest France 


Je vois ce  bateau depuis des années sur ce port de Kernevel et je ne m'étais jamais vraiment interessée sur sa provenance et il a suffit d'une conversation avec un ami  plus curieux pour m'apercevoir que l'histoire de ce bateau mérite bien qu'on en parle ici  
Du coup je le verrais autrement maintenant 



15 mars 2019

La pointe du Couregant (Ploemeur )

Nous n'allions pas souvent sur cette partie de côte , du coup nous avons fait une petite pause 




















Et voilà nous avons fait le tour via le chemin côtier