2 avril 2013

Traces de vie



 
 Qui a vu quelque fois un grand chêne asséché, 
Qui pour son ornement quelque trophée porte 
 Lever encore au ciel sa vieille tête morte, 
Dont le pied fermement n'est en terre fiché,

Mais qui dessus le champ plus qu'à demi penché 
Montre ses bras tout nus, et sa racine torte, 
Et sans feuille ombrageux, de son poids se supporte 
Sur un tronc nouailleux en cent lieux ébranché:

 Et bien qu'au premier vent il doive sa ruine, 
Et maint jeune à l'entour ait ferme la racine, 
Du dévot populaire être seul révéré: 

Qui tel chêne a pu voir, qu'il imagine encore 
Comme entre les cités, qui plus florissent ore, 
Ce vieil honneur poudreux est le plus honoré. 

Joachim du Bellay (1522-1560) 
 SONNET



Ce sera ma participation à la communauté 
"Entre ombre et Lumière " 
Sur une idée de Christiane
hebergeur image

35 commentaires:

  1. ah oui avec un poème en + , ces arbres ont du vécu !!! bel AM A+ Amicalement

    RépondreSupprimer
  2. bien vivant, juste encore endormi en ce moment !!
    bonne journée

    RépondreSupprimer
  3. je me souviens d'une conference où un forestier disait ne travailler que pour les générations futures....et c'est vrai qu'il faut du temps pour voir grandir un arbre!!
    Quelle belle langue celle de Du Bellay!
    Bises

    RépondreSupprimer
  4. coucou Claudine,je m'en suis vu pour te laisser ce commentaires car il n'avait pas la case des commentaires,je te souhaite un très bon Mardi,bises

    RépondreSupprimer
  5. Ah ! Du Bellay, trop boudé de nos jours. Je le préfère à Ronsard.
    Belle photo de ton arbre qui ne donne pas encore beaucoup signe de vie ...
    bises

    RépondreSupprimer
  6. Quelles magnifiques photos! J'aime ces arbres fiers et plein d'histoires! Accompagnés d'un superbe poeme de Du Bellay que je n'ai pas lu depuis bien longtemps! Alors merci à toi de m'avoir donné cette joie, j'avais oublié à quel point cette langue m'emplissait de bonheur.
    Bisous

    RépondreSupprimer
  7. Je me demande si tu prends toujours mes billets pour ta communauté ?
    Je n'ai plus de nouvelles ...

    RépondreSupprimer
  8. Traces des ans, traces des siècles même, et toujours suffisamment de sève pour tenir debout...

    RépondreSupprimer
  9. Le temps passe et il faut bien acepter de laiiser la main. Nous avons, avec l'âge, une expérience respectable, mais les jeunes ont le futur. C'est eux qui ont la meilleure part. A plus. Bises normandes. Florentin.

    RépondreSupprimer
  10. Bonsoir Canelle, merci pour ces belles photos et ce beau poème, en partage sur la blogo de l'amitié..... Je reprendrai le cours de mes articles sur "over blog" dès que je le pourrai, car pour l'instant, ça ne marche pas !!! bonne soirée, bisous à bientôt. "Miss Mary"

    RépondreSupprimer
  11. dur de voir un arbre mourir , un très joli poême ... bise canelle

    RépondreSupprimer
  12. Un très beau poème écrit il y a longtemps mais qui lui ne vieillit pas !
    L'arbre est au repos, il va bientôt reprendre des couleurs, mais c'est vrai qu'il n'est pas jeune non plus !
    Bonne soirée, bise

    RépondreSupprimer
  13. Très joli poème, et belles photo oui ça me fait penser à un très vieux et énorme chêne de l'autre côté de la rue la cub l'a coupé alors qu'il était bien vert et lorsque j'ai entendu et aperçu au loin la cabine élévateur au niveau de l'arbre je suis allée voir...grande discussion ils faisaient leur travail et puis c'est tout...des voisins m'ont rejoint aussi mais rien à faire j'en étais malade et tout ça parce qu'ils ont voulu élargir le trottoir plutôt que de le contourner le maire en a entendu de toutes les couleurs mais en attendant ce grand et beau chêne n'est plus là je le voyais de loin et quand je reviens chez moi ça me fait un choc à chaque fois ! Bonne soirée à toi Bisous Mary

    RépondreSupprimer
  14. Un très beau poème pour accompagner cet arbre qui a du vécu.

    RépondreSupprimer
  15. Vous vous rendez compte, Du Bellay a écrit ce poème au XVI° siècle, et on le lit encore aujourd'hui ! Quelle belle expression : tronc nouailleux.

    RépondreSupprimer
  16. Bonsoir Claudine un arbre majestueux et un joli poème le top quoi .
    Merci Claudine .Bises Mamé

    RépondreSupprimer
  17. J'aime beaucoup ce poème que tes photos ont bien illustré. Belle soirée, bises Canelle

    RépondreSupprimer
  18. Très beau poème
    On guette la moindre petite pousse verte ,c'est trop triste de voir mourir un arbre
    Passe une bonne soirée
    Bises

    RépondreSupprimer
  19. Les troncs nous interpellent!
    Jolies!
    Bises

    RépondreSupprimer
  20. Belle participation pour la communauté.
    Dans les vieux troncs,avec de l'imagination on trouve quelques fois,des visages,des animaux,des tètes etc...J'adore les cotempler.
    Bisous et douce soirée.Aimée

    RépondreSupprimer
  21. Belle participation Claudine !
    J'ai cru comprendre que tu venais dans ma Picardie bientôt. Où exactement ?
    BISOUS

    RépondreSupprimer
  22. Quelle fort belle illustration pour ce beau et vieux poème, bravo !
    Bises

    RépondreSupprimer
  23. Une très belle participation qui illustre à merveille la mélancolie radieuse émanant de ce vieil arbre...
    Mots et images m'ont charmée...

    J'ai mis sur mon blog ma participation pour la carte de France des paysages, un retour en des lieux très chers à mon coeur...
    Gros bisous et bonne nuit

    Cendrine

    RépondreSupprimer
  24. Hummm j'adore ces troncs qui laissent aller l'imagination !
    Bises et bonne journée Claudine

    RépondreSupprimer

  25. j'aime ! je vois même un rhino sur l'avant dernière bien caché dans ce tronc...
    très beau poème,
    belle journée à toi, j'espère..
    Bisous, MIAOU !!!

    RépondreSupprimer
  26. Joli poème , j'aime les vieux arbres avec leur tronc noueux
    Douce journée Claudine
    Bisous
    timilo

    RépondreSupprimer
  27. Bonjour ma Claudine ! une jolie poésie de mr de Bellay que j'aime bien - de très belles photos eh oui ils ont été ... bisous avec le soleil !

    RépondreSupprimer
  28. Joli poème et belles photos!
    Bisous Claudine et bon mercredi.

    RépondreSupprimer
  29. J'adore ces arbres difformes !
    bizz

    RépondreSupprimer
  30. Quelle vie pour ce bel arbre tortueux.... bises mireille

    RépondreSupprimer
  31. Un beau poème
    illustré par de jolies photos!
    Cordiales amitiés & à +

    RépondreSupprimer
  32. le chêne un bel arbre qui peut vivre vieux

    RépondreSupprimer
  33. Ne sommes nous pas nous aussi de vieux troncs noueux quand on atteint un certain âge ?

    RépondreSupprimer
  34. Bonsoir Claudine,

    Cela faisait longtemps que je n'avais lu un poème de J. De Bellay. Il accompagne si bien ce vieil arbre où s'accroche la vie.Émouvant.
    Superbe billet. Merci pour ce partage
    Douce soirée ;)
    Martine

    RépondreSupprimer
  35. Voilà... je reviens.
    Les arbres ont toujours plein de choses à raconter.

    RépondreSupprimer


Les commentaires sont modérés pour permettre a tous et à toutes de laisser un petit mot sans être obligée de montrer patte blanche
Merci à vous tous

Pour tous ceux qui n'ont pas la fenêtre des commentaires , je n'ai rien touché donc je ne peux pas reparer ..par contre n'hésitez pas au bas de l'article de cliquer sur accueil pour reactualiser la page
Je suis désolée mais si cela vous ennuie ou vous prends trop de temps je ne vous en voudrais pas
Merci pour votre comprehension